La Libre Pensée du Bas-Rhin
Abrogation du Concordat et du statut scolaire d’exception d’Alsace-Moselle.

Categories

Accueil > Actualité de la Laïcité > Ni petit, ni grand statut clérical : Abrogation du Concordat d’Alsace-Moselle (...)

Fédérations Départementales de la Libre Pensée du Grand Est
- Communiqué de presse -

23 décembre 2016

Ni petit, ni grand statut clérical :
Abrogation du Concordat d’Alsace-Moselle !

M. Philippe Richert, Président de la Région Grand-Est vient de décider d’étendre le comité interreligieux existant en Alsace depuis 2004 à toute la Région Grand-Est. Cette opération vient après celle du « Printemps des religions » soutenue par le Préfet Nacer Meddah en 2015 que les Fédérations de la Libre Pensée avaient dénoncée.
Une fois de plus les Libres Penseurs des dix départements du Grand-Est tiennent à manifester leur profonde inquiétude.

Bien qu’affirmant ne pas vouloir faire de « prosélytisme concordataire », il s’agit pour M. Richert d’affirmer que : « La religion n’est pas renvoyée à la simple sphère privée. Elle est reconnue en tant que telle », il a complété ce propos par : « le rôle d’un responsable public c’est d’exorciser le pire et faire advenir le meilleur ». Non Monsieur le Président de Région, sa première fonction est de veiller à l’application de la loi là où elle doit l’être.

Les Fédérations de la Libre Pensée rappellent à M. Richert, Président de la Région Grand-Est, que la loi de 1905 s’applique à la nouvelle collectivité mise en place et que le concordat napoléonien de 1801 a été abrogé dans SEPT des dix départements concernés…

M. Richert se doit donc de respecter les articles de la loi de 1905 qui stipulent notamment :
« Article premier
La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public.

Article 2
La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l’État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes. »

Si les religions veulent constituer un comité interreligieux, elles en ont le pouvoir, mais ce n’est surtout pas au Président de la Région Grand-Est d’en prendre l’initiative et d’en faire la promotion ou de l’organiser.

« L’État chez lui, L’Église chez elle » disait Victor Hugo

En tant qu’Élu, M. Richert est tenu de respecter la neutralité des institutions comme l’impose la loi de 1905 et de protéger la liberté de conscience des citoyens de sa Région.
Les Fédérations départementales de la Libre Pensée du Grand-Est sont d’autant plus opposées à cette opération qui affiche la volonté manifeste de réintroduire les cultes dans les écoles publiques par le biais de la distribution de « calendriers des fêtes religieuses ».

De quel droit se permet-il de bafouer ainsi les Autorités Académiques ?
L’École publique non concordataire n’a pas à faire la formation aux religions !

C’est aux religions de faire leur propre promotion, dans leurs propres édifices. Si ce projet aboutissait, alors les institutions de la République, les écoles publiques seraient mises au service des cultes pour convertir les citoyens à leur chapelle.

Comment ne pas voir qu’il s’agit d’une nouvelle opération visant à influer sur les choix religieux et philosophiques des citoyennes et des citoyens de la Région, alors que celle-ci se devrait de s’abstenir en la matière.

C’est pourquoi, les Fédérations de la Libre Pensée des départements du Grand-Est protestent vigoureusement et rappellent à M. Richert son obligation de neutralité et lui demandent d’abandonner ce projet illégal et dommageable pour la laïcité de l’État.

M. Richert tente de nous rassurer en disant qu’il ne s’agit pas de « prosélytisme concordataire » ! N’est-ce pas l’aveu de sa part que le concordat est une tache sur la République laïque ?

Comment ne pas voir une insidieuse préparation du terrain pour une extension future du Concordat, ce qui est redouté par toutes celles et ceux qui sont attachés à la liberté de conscience instaurée par la loi de 1905 ?

C’est pourquoi les Fédérations départementales et les adhérents de la Libre Pensée du Bas-Rhin, du Haut-Rhin, de Meurthe et Moselle, de Moselle, des Vosges, des Ardennes, de l’Aube, de Haute-Marne et de la Marne exigent :

Abrogation du Concordat de 1801 et du statut scolaire d’Alsace-Moselle !
Application de la loi de 1905 sur toute la Région Grand-Est !

Pour tout contact  :
LP ARDENNES : alain.tournafol@orange.fr
LP AUBE : federation.aube@free.fr
LP BAS-RHIN : lp67@laposte.net
LP HAUTE-MARNE : dizziejm@orange.fr
LP MARNE :
LP MEURTHE ET MOSELLE : lp54@ouvaton.org
LP MOSELLE : lp57@wanadoo.fr

12 décembre 2016

Commentaires

Répondre à cet article