La Libre Pensée du Bas-Rhin
Abrogation du Concordat et du statut scolaire d’exception d’Alsace-Moselle.

Categories

Accueil > Actualité de la Laïcité > Sur l’Institut d’Islam à l’Université de Strasbourg

Communiqué de la Fédération Départementale de la Libre Pensée du Bas Rhin

6 septembre 2012
Esther BAUER, Hervé GOURVITCH

Sur l’Institut d’Islam à l’Université de Strasbourg

La fédération de la Libre Pensée du Bas Rhin, a été informée du projet de création d’un institut d’Islam à l’Université de Strasbourg dans le cadre des opérations de l’initiative d’excellence (IDEX).
Les Universités des départements dits concordataires, - établissements publics d’enseignement supérieur - comportent déjà des Instituts de théologie catholique (depuis 1911) et protestant (depuis 1548) maintenus à titre provisoire, depuis 1924.
Le rôle de ces instituts étant, entre autres, de former sur fonds publics des cadres des clergés et autres ministres des cultes dans l’Université publique, leur existence est contraire à la laïcité de l’État et au principe de neutralité des services de l’État.

Le projet de création d’un institut de l’Islam en question s’appuie, dans ses attendus, sur les instituts concordataires existants pour justifier sa création sous couvert de recherches scientifiques relevant de plusieurs champs disciplinaires (Histoire, Philosophie, Économie, Droit, etc.) visant à éclairer les initiatives destinées à encadrer la formation de cadres religieux. S’il devait voir le jour, cet institut d’Islam constituerait une extension de facto du Concordat à d’autres cultes au sein l’Université de Strasbourg.

La première version de ce projet affiche explicitement ces objectifs. Elle a été rejetée par le Conseil Scientifique de l’Université de Strasbourg au mois de juin dernier, notamment grâce à l’action d’élus universitaires attachés au respect de la laïcité. Une nouvelle version devrait être soumise au vote du Conseil Scientifique de l’Université de Strasbourg le 26 septembre prochain.

La Libre Pensée rappelle qu’elle considère que toute extension des dispositions concordataires à d’autres religions sous prétexte d’"égalité" constitue une pérennisation et une extension des dispositions provisoires de la loi de 1924. La Libre Pensée adresse aux autorités publiques l’exigence de faire respecter la laïcité institutionnelle de l’État en empêchant la création de tout nouvel institut théologique au sein des Universités d’Alsace-Moselle.

La Libre Pensée rappelle qu’elle se prononce pour la disparition des instituts théologiques existants et pour l’introduction pleine et entière de la laïcité institutionnelle en Alsace-Moselle.

Commentaires

1 Message

Répondre à cet article