La Libre Pensée du Bas-Rhin
Abrogation du Concordat et du statut scolaire d’exception d’Alsace-Moselle.

Categories

Accueil > Actualité de la Laïcité > Visite d’un marchand d’opium

16 septembre 2016
Hervé GOURVITCH

Visite d’un marchand d’opium


Le Dalaï Lama est en visite à Strasbourg pour quatre jours.
Que le Maire de Strasbourg l’accueille en grande pompe à l’aéroport ne nous étonne pas : il ne sort jamais sans son curé, son pasteur, son rabbin, et son imam, et les bouddhistes sont assez nombreux pour n’être pas négligés électoralement.
Que les Dernières Nouvelles d’Alsace lui accordent des pages entières ne nous étonne pas non plus : ce journal n’est plus seulement ce qu’il était dans le passé, le bulletin paroissial de l’archevêque de Strasbourg. Il ambitionne de jouer le même rôle pour toutes les religions établies ou assez médiatisées.

Que l’Université de Strasbourg organise un colloque scientifique sous son patronage sur le thème « Corps, Esprit et Science » est une honte pour les scientifiques qui se prêtent à cette cérémonie digne de Diafoirus.

Que la rectrice de l’académie de Strasbourg invite les chefs d’établissement à organiser la participation d’élèves des lycées et collèges à la rencontre du saint homme avec la jeunesse est une violation de la laïcité de l’école.

Car enfin, le bouddhisme est bien une religion et le Dalaï Lama un dignitaire religieux.
Certes, il y a une version « soft » présentée aux occidentaux : celle d’un vieil homme souriant qui prêche le la tolérance et l’amour universel, et leur propose une voie vers le bonheur par la méditation. Mais il y a des réalités plus « hard » !

Quand il était l’ami du nazi autrichien Heinrich Harrer, c’était peut-être un péché de jeunesse (Harrer lui-même a fait son mea culpa quand son passé a été révélé). Mais quand il déclare : « L’Europe, l’Allemagne en particulier, ne peut devenir un pays arabe. L’Allemagne est l’Allemagne. » le saint homme ne serait-il pas un tantinet raciste ?

Quand les moines bouddhistes en Birmanie organisent des pogroms contre la minorité musulmane que montrent-ils ? Que le bouddhisme est une religion comme les autres, qu’on peut persécuter et massacrer son prochain au nom du Bouddha, comme on l’a allégrement fait au nom de Jéhovah, Jésus Christ ou Allah.

Une société où règnent l’exploitation, la pauvreté, le chômage, le terrorisme, la guerre, qui jette sur les routes ou sur la mer des millions de réfugiés, a besoin des vendeurs de cet « opium du peuple » que sont toutes les religions. Aux yeux des puissants, tous les marchands d’opium se valent, et ils seront toujours par eux mis à l’honneur.

La prochaine réunion mensuelle, ouverte à tous, de la Libre Pensée aura lieu le jeudi 22 septembre 2016 à 18 h 30 au Snack Michel, 20 avenue de la Marseillaise à Strasbourg.

PDF - 222.4 ko
Version imprimable de "Visite d’un marchand d’opium"

Commentaires

Répondre à cet article